A dix mille lieues des calamiteuses reprises bling-bling des héros de notre enfance, Emile Bravo nous offre un remarquable one shot des aventures de Spirou. Comme l’avaient fait Mazzucchelli et Miller pour Batman (Year one), il a judicieusement choisi de nous conter les origines du personnage… avec talent, intelligence, humilité et générosité !