Et en prime un extrait du dernier Breut: « Nebuleux bonhomme »